Du 13 avril au 28 septembre 2008 - "Le jouet et l'enfant"
 

Imgp1904      Vitrine2 2

Parmi les initiatives développées pour tenter de réinsérer les soldats mutilés de la Grande Guerre dans la vie quotidienne, celle de la création de l'atelier du "Jouet Artistique Français" à Bordeaux est l'une des plus originales même si elle n'a duré que quelques années. Elle a bénéficié du soutien d'un  des meilleurs peintres militaires de son temps, artiste de grand renom : Job.

Il subsiste de beaux jouets en bois découpé, chargés d'émotion, qui n'amusent plus les enfants d'aujourd'hui.

Le plus important des ateliers est "Le Jouet de France" à Paris. Créé par François Carnot, avenue Montespan, il devient rapidement une manufacture installée à Puteaux qui emploie exclusivement les mutilés de guerre.

Affiche 1


Un atelier au Rohello en Baden

Quelques années avant la Grande Guerre, Monsieur et Madame de Beaufranchet créent un atelier dans les dépendances du château du Rohello. Monsieur de Beaufranchet imagine de nombreux jeux et en dessine les plans. Le choix se porte sur des jouets de bois populaires, moins sophistiqués et plus adaptés à notre région. Au début, il s'agit exclusivement de personnages bretons et d'animaux de notre terroir.

En juin 1917, Madame de Beaufranchet dépose la marque "Le jouet breton" au greffe du tribunal de commerce de Vannes.

Imgp0941     Ane articule 007fa252      


Une usine à Vannes

Après la Grande Guerre, la demande des jouets grandit, le jouet en bois se porte bien. L'atelier du Rohello devient trop étroit et Monsieur de Beaufranchet pense à s'agrandir. Il semble envisager tout d'abord la création d'une usine à Lorient, mais c'est à Vannes, dans le quartier de Rohan, à côté de la tannerie Douaud, que celle-ci ouvre en 1925.


"Le Jouet Breton" s'installe à Quimperlé

Monsieur de Beaufranchet commence à prendre de l'âge, aussi le couple décide t'-il de vendre le fonds de commerce et d'industrie. En 1930, Monsieur Bouhébent, propriétaire à Quimperlé se porte acquéreur. "Le jouet breton" devient une société à responsabilité limitée avec le siège social situé rue de Pont Aven à Quimperlé.

Chien de bois 009fa301

Monsieur Bouhébent cesse son activité le 31 décembre 1934. 


Une nouvelle production au Rohello en Baden

Madame de Beaufranchet alors veuve, décide de ré-ouvrir un atelier au Rohello. Quelques jouets en bois continuent d'y être fabriqués, mais la production se tourne rapidement vers les poupées de chiffon.

En 1948, l'atelier brûle, et c'est hélas la fin de la création des joujoux.

Pierre-Yves Dagault, photographe amateur, a associé quelques photos familiales représentant, notament des enfants des années 1900 avec leurs jouets.

    Photos 1

 

Haut de page Page d accueil 1 Expositions temporaires 2

 

 

Reproduction des photos interdite